9 Décembre 2014

« Les Québécois se sont fait passer un sapin par le gouvernement de Philippe Couillard »

Carleton-sur-Mer, le 9 décembre 2014 – Le député de Bonaventure, Sylvain Roy, a tracé le bilan de la dernière session parlementaire. Ce qu’on retient, c’est surtout que le gouvernement libéral a attaqué directement les familles, les régions et les travailleurs du Québec avec des mesures d’austérité et des hausses de taxes, brisant totalement les promesses faites aux Québécois par Philippe Couillard.

« Le premier ministre a brisé toutes les promesses qu’il a faites aux Québécois lors de la campagne électorale, et même par la suite dans son discours d’ouverture. Il n’a pas été élu pour ça; il a maintenant un déficit clair de légitimité, une perte de crédibilité et il n’inspire plus confiance. Le gouvernement a imposé un choc aux familles en modulant les tarifs des services de garde. Il a, en plus, totalement freiné le développement des places attendues par les parents. Par ailleurs, alors qu’il avait promis un effet libéral positif sur l’économie et de ne pas hausser les taxes, la dernière mise à jour économique se traduira par une augmentation du prix de l’essence et de celui de l’assurance automobile, ainsi que par l’abolition de la prime au travail et des crédits d’impôt pour cotisations syndicales ou professionnelles; bref, les familles seront davantage taxées. Cela aura un impact majeur sur leur pouvoir d’achat et nuira à notre économie », a déclaré Sylvain Roy.

« Le gouvernement ne sait pas où il va, sauf lorsqu’il est question de sa politique d’austérité et de l’augmentation des taxes, des tarifs et des impôts pour les familles de la classe moyenne. Le premier ministre et son trio économique n’ont qu’une façon de voir les choses, une seule obsession : l’austérité. De plus, une centralisation sans précédent dans le développement économique régional et dans le système de santé fait que les décisions et les ressources s’éloigneront de la réalité des gens », a ajouté Sylvain Roy.

Les ressources pour le développement socioéconomique de nos régions sont elles aussi coupées par le gouvernement libéral. « Alors que des emplois se perdent en région, le gouvernement coupe des ressources : les CLD, les CRÉ, les CJE. Tout ce qui soutient et aide les entrepreneurs, les PME, les jeunes, entre autres, est coupé. Cette centralisation est dommageable pour nos régions », a continué Sylvain Roy.

Les Québécois ont été floués en campagne électorale et ils le sont encore, alors que le premier ministre continue d’avancer des chiffres inventés quant au déficit pour réaliser son grand rêve : atteindre la moyenne canadienne. Les masques sont tombés lorsque le ministre des Finances a déposé les comptes publics, cette semaine; l'année 2013-2014 s'est conclue avec un déficit de 2,8 milliards. Pas de 5,8 ou de 7,3 milliards, comme le répète le premier ministre chaque jour.

Aucune politique économique

« Dans toutes les régions du Québec, il s’est perdu plus de 52 000 emplois à temps plein depuis l’arrivée du Parti libéral au pouvoir. Pour une première fois depuis longtemps, le ministre des Finances a prévu une baisse de l’emploi pour cette année. Le gouvernement ne fait rien pour soutenir la création d’emplois; il ne s’appuie sur aucune politique économique. Il se fie au Plan Nord et à une stratégie maritime imaginaire qui ne créeront pas d’emplois avant plusieurs années », a ajouté le député de Bonaventure.

L’équipe du Parti Québécois fait des gains pour les Québécois

« Nous avons défendu les valeurs du Parti Québécois, dont la responsabilité, mais aussi la solidarité envers les familles et le soutien aux régions du Québec. Face à l’arrogance libérale, nous avons choisi la responsabilité. Nous avons fait des gains notables pour les travailleurs dans le projet de loi 3. Grâce à notre travail, le gouvernement a reculé sur la fermeture des conservatoires. En ce qui a trait au projet de loi 15, nous avons obtenu que le réseau de l’Université du Québec et l’UPAC n’y soient pas assujettis », a poursuivi Sylvain Roy.

Un gouvernement qui manque de courage

« Les libéraux se disent courageux en attaquant les femmes, les enfants et les travailleurs, s’ils étaient réellement courageux ils auraient plutôt ouvert le front sur le salaire des médecins spécialistes, le bordel informatique, le prix des médicaments, les PPP en santé et les négociations avec le fédéral sur des transferts qui se font attendre », a-t-il conclu.