Sylvain Roy

Député de Bonaventure

Le Parti Québécois soutient le milieu communautaire et participe au mouvement « Fermés pour cause d'austérité! »
lundi 17 novembre, 2014
Facebook
Twitter

Carleton-sur-Mer, le 17 novembre 2014 – Des députés du Parti Québécois joindront leur voix, aujourd’hui, à celle des organismes communautaires qui cesseront leurs activités pendant 225 minutes pour exiger du gouvernement libéral le rehaussement de leur financement. Le député de Bonaventure, Sylvain Roy, dénonce le refus du gouvernement de bonifier ce financement et demande à la ministre déléguée à la Réadaptation, à la Protection de la jeunesse et à la Santé publique, Lucie Charlebois, d’écouter les citoyens et le personnel des organismes qui manifestent aujourd’hui, et de poser des gestes concrets rapidement.

« Depuis l’arrivée du gouvernement libéral, une coupe n’attend pas l’autre. Cette ère d’austérité nous inquiète tous. Dans son discours d’ouverture, le 21 mai dernier, le gouvernement nous disait que "les services destinés aux personnes les plus vulnérables de notre société et la sécurité de la population [feraient] l’objet d’une attention particulière". Force est de constater qu’en effet, ces services reçoivent une attention et, surtout, des coupes particulières », a déclaré Sylvain Roy.

Le député ajoute que les propos du ministre des Finances, qui croit que les organismes communautaires pourraient dispenser les services publics en santé et en services sociaux, ont inquiété, avec raison, le milieu communautaire; même que son premier ministre a dû le rabrouer depuis la Chine.

Au Parti Québécois, nous croyons que la richesse d'une société se mesure aussi par la façon dont elle prend soin des plus démunis, et cela passe notamment par le soutien aux organismes communautaires. Notre gouvernement avait d’ailleurs prévu, dans le cadre du pilier solidarité, une hausse du financement de 162 M$ pour le milieu communautaire, un programme pour l’acquisition et la rénovation d’immeubles de 10 M$ destiné à ces groupes, ainsi que des mesures de soutien au personnel des 4000 organismes communautaires concernés.

« Le refus du gouvernement de rehausser le financement des organismes communautaires met en péril plusieurs actions qui sont posées au quotidien auprès des personnes les plus vulnérables de notre société; c’est inacceptable. Soutenir ces personnes, ainsi que celles et ceux qui les aident, devrait être une priorité pour le gouvernement. En aucun cas les plus vulnérables ne devraient faire les frais de l’austérité libérale », a conclu Sylvain Roy.

 

À DÉCOUVRIR